• Pour Cathy.

    Chapelle ou église.

    Nous partons en Nouvelle Aquitaine dans le département des Pyrénées Atlantique

     A la limite du Béarn et du pays basque. Dans un triangle formé par Navarrenx/ Oloron/ Mauléon

    Faire une halte à Hôpital Saint Blaise, petit village souletin de 69 habitants.

     

     Chapelle ou église.. 19 nov.

    Photo mars 2012.

    Sa construction date du xiie siècle. Elle est classée monument historique le 3 mars 1888 et inscrite au patrimoine mondial par l'UNESCO en 1998 au titre des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France. Situé sur une ancienne voie de passage vers l’Espagne, le village a su rester fidèle à sa tradition d’accueil et continue d’héberger chaque année de nombreux pèlerins.

     Les Saint-Blaisiens s’investissent également beaucoup dans la valorisation de leur patrimoine d’exception.

    Nichée entre des maisons traditionnelles des XVIe et XVIIe siècles, l’église du village est un véritable joyau de l’architecture romane du XIIe siècle.. 

    Cette consécration lui vient de son caractère unique du fait des influences hispano-mauresques présentes dans son architecture.

     

     Chapelle ou église.. 19 nov.

     Chapelle ou église.. 19 nov. Chapelle ou église.. 19 nov.

     

     Chapelle ou église.. 19 nov.

    Entrons.

     Chapelle ou église.. 19 nov.

     Elle est couverte par une coupole véritable joyau de édifice dont les arcs croisés sont représentatifs de l'influence mauresque.

    Ses arcs entrecroisés forment une étoile à huit branches.

     Chapelle ou église.. 19 nov.

     

     Chapelle ou église.. 19 nov. 

    Autel et le retable. 

     Chapelle ou église.. 19 nov.

     Chapelle ou église.. 19 nov. Chapelle ou église.. 19 nov.

    St Blaise. 

     Chapelle ou église.. 19 nov.

    Les claustras véritable dentelle de pierre qui vient fermer les fenêtres, sont eux aussi typiquement espagnols et rappellent les décors des moucharabiehs orientaux.

      Chapelle ou église.. . Chapelle ou église.. .

     Chapelle ou église.. .

     

     Chapelle ou église.. .

     

    Le village de l'Hôpital-Saint-Blaise doit son existence à un établissement d'accueil pour les voyageurs (un hôpital) aujourd'hui disparu. La petite route qui le traverse aujourd'hui était au xiie siècle une voie de passage entre le sud de la France et la péninsule ibérique pour des chevaliers, des marchands, des religieux, des migrants. C'était l'époque de la Reconquista : les rois chrétiens de la péninsule ibérique faisaient appel aux hommes du nord pour les aider à conquérir, à peupler, à gouverner les terres autrefois musulmanes. Tout un réseau d'hôpitaux est alors créé au nord des Pyrénées pour faciliter le voyage de ces migrants. Le roi d'Aragon, le vicomte de Béarn y prennent une part essentielle. Ils confient la gestion de ce réseau à l'Hôpital Sainte-Christine du Somport qui devient un puissant ordre religieux avec des possessions tant au Béarn, en Navarre qu'en Aragon. L'Hôpital de Miséricorde (c'est le nom le plus ancien de l'Hôpital saint Blaise) est créé au milieu du xiie siècle par les moines de Sainte-Christine.

    Les voyageurs de ce temps sont en même temps des pèlerins car ils visitent les sanctuaires qui se trouvent sur leur route. C'est la raison pour laquelle, l'Hôpital-Saint-Blaise comme la plupart des autres hôpitaux, est doté d'une église. C'est le seul vestige de cette époque conservé aujourd'hui.

     

     L'Hôpital-Saint-Blaise — Wikipédia (wikipedia.org)

     

    Pour voir les autres participations c'est ici.


    18 commentaires
  • Merci à Cendrine qui nous propose le thème sur la musique

    par intermédiaire  Lilou et Fardoise. 

    La Musique, joie écouter ou de jouer d'un instrument.

     

    Ma dernière petite aquarelle.

    ________________________________________________

    Auguste Renoir.

    Pierre-Auguste Renoir dit Auguste Renoir.

    Né à limoges le25 février 1841 et mort au domaine des collettes à Cagnes-sur-Mer le 3 décembre  1919.

    Il est le sixième enfants, issus d'une famille ouvrière. Son père  Léonard Renoir est tailleur, sa mère Marguerite Merlet est couturière.

    A l'age de 13 ans il entre comme apprenti à l'atelier de porcelaine Lévy Frère & Compagnie  pour y faire la décoration des pièces. dans le même temps, il fréquente les cours du soir de l'Ecole de dessin et d'art décoratifs jusqu’en 1862. Puis Renoir réussit le concours d'entrée à l'Ecole des beaux-arts de Paris et entre dans atelier de Charles Gleyre, ou il rencontre  Claude Monet, Frédéric Bazille et Alfred Sisley.

    Est l'un des plus célèbres peintres français impressionniste et aussi figuratif.

     

    Tableau du samedi - Musique.

    La joueuse de la guitare

     Musée des Beaux-Arts de Lyon acheta ce tableau en  1901.

    La femme jouant de la guitare fait partie d'une série de peinture que Renoir a exécutées à la fin des années 1890.

    Une femme avec une robe de mousseline blanche retenue par des nœuds roses est penchée gracieusement sur sa guitare jaune et pose ses pieds sur un cousin jaune... les nœuds de ruban rose , sont de style espagnole.Autour de la robe blanche ,la composition est soigneusement divisée en zones de couleurs chaudes et de couleurs froides, avec des accents peu contrastés de tons chauds parmi les tons froids et inversement. Les formes sont traitées  avec douceur, mais elle se détachent par leur contraste avec arrière-plan. La robe blanche est surtout modelée par des dégradés de valeurs avec des accents lumineux assez empâtés; quelques jaunes et de délicates nuances de bleu parmi les gris contribuent à suggérer  les plis et le jeu de l'ombre et de la lumière sur le tissu. Sur le mur du fond en haut à droite, la netteté des verticales affermit une composition par ailleurs dominée par la ligne onduleuses de la robe, de la guitare, du fauteuil et du coussin. 

    Tout cela est coloré doux et délicieux.

     

     Pour voir les autres participations un petit clic sur Lilou.

    Tableau du samedi - Musique.

    Bon week-end à tous.


    20 commentaires
  • Toujours avec le thème des oiseaux.

     

    Tableau du samedi.

    L'artiste urbain brésilien L7M s'est récemment arrêté dans les rues de Vannes, dans le nord de la France, où il a eu l'occasion d'exprimer son talent sur une grande fresque quelque part dans la ville. L7M alias Luis Seven Martins allie avec succès la rugosité et l'élégance dans ses peintures urbaines Graffiti Birds que l'on trouve généralement sur les murs de sa ville natale de Sao Paulo. Il combine des éléments géométriques et des puzzles de couleurs stylisés avec un réalisme détaillé.

     

    Installé à Paris depuis peu, l’artiste Brésilien L7M s’est fait une griffe dans le monde du street-art en sillonnant la planète pour signer des oeuvres à fois poétiques, majestueuses et un brin fantastiques. Son bestiaire tantôt volant, tantôt flottant, aussi vivant que fluorescent, s’étale sur les murs des villes aux quatre coins du monde. A Vannes, l’artiste est déjà connu car il a réalié en mars 2017 ce qui était alors son plus grand mur, sur une façade du collège Jules-Simon. 180 m2  qui ont pris les couleurs d’un oiseau de liberté. Pour L7M, sa première expérience à Vannes s’est faite en compagnie des collégiens. Pour lui, le choix de cet oiseau monumental c’est pour signifier « Un oiseau qui passe, comme ces jeunes qui voleront bientôt de leurs propres ailes ». L7M aime la fusion des styles, entre figuratif et abstraction. Il utilise une palette de couleurs vives et lumineuses. Il affectionne particulièrement les colibris mais est aussi à l’aise avec le monde sous-marin et les méduses, animal marin qui peut revêtir des couleurs féériques. Ce sont ces méduses en mouvement qui ornent désormais les murs de ce box de DéDalE.

     

    Tableau du samedi.

    Mariage de styles réussi pour l’artiste brésilien Luis Gustavo Martins, alias L7M, et l’artiste australien James Cochran, alias Jimmy.C
    Ces deux artistes sont mondialement connus pour leur style si singulier : Impressionniste pour le portraitiste Jimmy.C, qui utilise une technique faite de juxtaposition de gouttes et/ou de traits de peinture ; Un mélange d’abstraction et d’hyperréalisme pour le virtuose L7M dont chaque nouveau mur est un émerveillement.
    S’il y a avait un point commun entre les deux, ce serait peut-être l’utilisation constante dans leur travail à la bombe aérosol d’une large palette de couleurs vives et variées.

    C’est une très belle surprise de voir ces deux artistes collaborés autour d’un thème cher à L7M, dans sa ville natale de São Paulo, celui des oiseaux dont il ne cesse, telle l’Histoire Naturelle de Buffon, de faire l’inventaire graphique sur les murs du monde entier.

    Ce mur a été réalisé avec le soutien de la galerie collaborative instagrafite.

    https://street-art-avenue.com/2014/11/l7m-x-jimmy-c-fusion-styles-sao-paulo-9650

     

     

     

     


    21 commentaires